PALOMBE.COM s'absente du SAMEDI 18 MAI 2024 au DIMANCHE 26 MAI 2024.

TOUTE COMMANDE PASSÉE APRÈS VENDREDI 17 MAI 2024 MIDI NE SERA EXPEDIÉE QU'A PARTIR DU LUNDI 27 MAI 2024.

Néanmoins, la boutique reste accessible et vous pouvez toujours passer vos commandes afin de réserver les articles dont vous avez besoin.

Merci pour votre compréhension.
Christine

Palombe et Tradition > Palombe et Tradition - n°53 - HIVER 2016

Palombe et Tradition - n°53 - HIVER 2016
5.00 €
Ref : PT53
EN STOCK : Livraison en 48H
AJOUTER AU PANIER

SOMMAIRE

4    L’écho des Cabanes…
10    BILAN MIGRATION: 
        - 10 «22, v’là les bleues!»
        - 16 Les paloumayres racontent leur migration...
24    PALOMBES ET RUGBY - Félicien Vergnon: Le bonheur est dans la cabane
26    PORTRAIT - A la rencontre des bons vivants
28    ART - Et en avant la «zizique»
30    ENTRE-DEUX-MERS - Des palombières et des paloumayres
32    CALENDRIER 2017
34    PASSION - L’ingénieur se passionne pour l’oiseau bleu
37    Les mots gascons des paloumayres
38    FORÊT - Les nuisibles des palombières
42    AUTOUR D'ELLES... - La palombe migre… de village en village
44    Anecdote
46    CHIENS - L’âge idéal lors de son achat
48    «LA TETE DANS LE CIEL...»
52    ITALIE - Une migration historique pour certains
55    Dessin humoristique de Serge FAVAL
56    LES RECETTES DU PALOUMAYRE

EDITO

Maladie bleue
Cet été, dans les palombières où les chasseurs se retrouvaient pour peaufiner leurs installations, elles ont fait l’objet de toutes les conversations, de toutes les interrogations. Comme d’habitude, les plus pessimistes ont essayé de semer le doute dans les esprits: l’importante sédentarisation allait bouleverser la migration. Alors on a discuté, discuté.
Et puis c’est l’événement: le 5 octobre un extraordinaire passage de grues annonce le grand déballage alors que certaines installations ne sont pas encore opérationnelles. C’est effectivement magique: des volées comme on n’en a pas vu depuis longtemps mais trop hautes. Les paloumayres ont simplement admiré. Les pessimistes en étaient pour leurs frais: elles étaient là et bien là.
Le mois d’octobre s’est écoulé avec quelques pics inégalement répartis en temps et en lieu: ici une belle Saint Luc, là un dernier passage très abondant alors qu’on avait déjà démonté.
Bref une migration tout à fait dans la tradition. Un bémol cependant: certains paloumayres se considérant définitivement sinistrés se posent des questions quant à la saison 2017 et sont prêts à abandonner... À moins que la maladie bleue ne soit la plus forte. 
René LAFFORE, rédacteur en chef

 

 
Il n'y a pas d'avis consommateur pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis