Palombe et Tradition > Palombe et Tradition - N°14 - PRINTEMPS 2007

Palombe et Tradition - N°14 - PRINTEMPS 2007
5.00 €
Ref : PT14
EN STOCK : Livraison en 48H
AJOUTER AU PANIER

SOMMAIRE

4 L’ÉCHO DES CABANES
8 INTERNET - L’association Nationale des chasseurs de palombe
10 DOSSIER TECHNIQUE - Va-t-on devoir changer nos habitudes…
14 PALOMBE ET RUGBY - Laurent Mazas : L’homme qui crucifia le Lot-et-Garonne
18 DOSSIER SPECIAL - La migration 2006
19 - la faute au réchauffement
22 - Les mystères de la migration
24 - Migration et changement climatique
27 - Fédérations de chasseurs et associations donnent leur avis
30 - Témoignages de chasseurs
32 FEU ROUGE - FEU VERT
34 LES ARBRES - Le temps change
37 HIVERNAGE - Les conséquences néfastes du « mulching »
40 Quelques éléments de réflexion…
42 CHIENS - « Tel maître, tel chien! »
44 NIDIFICATION - Le retour du prinptemps
46 DOSSIER TECHNIQUE - Le travail à la nacelle
51 La tête dans le ciel…
54 ITALIE - « I ferri del mestiere »
54 LES RECETTES DU PALOUMAYRE


EDITO :

En 2007, peut-on encore chasser au printemps ?


S‘il fut un temps où je serais lepremier monté au créneau pour défendre cette survivance, il en est autrement aujourd’hui. Peut-on encore chasser les palombes au printemps ?

Cette question peut paraître saugrenue venant d’un défenseur des chasses traditionnelles, mais chasse traditionnelle ne veut pas dire chasse archaïque, sinon nous monterions encore nos appeaux tous les matins à « l’espérac ». D’après Audebert II dans son ouvrage « La chasse de la palombe dans le Bazadais », ce sont les Néracais (47) qui les premiers ont chassé la palombe, ils pratiquaient alors au printemps. Cependant, ils ne chassaient qu’au filet, les fusils n’existant pas. Depuis le milieu du XVIe siècle, les choses ont bien changé et heureusement.

Les fusils sont apparus, puis les voitures, mais aussi notre connaissance de la biologie des oiseaux et en particulier des palombes. Si les vieux Gascons chassaient au printemps en 1550, ils pouvaient se le permettre, on ne parlait pas de pression de chasse ni de gestion des populations, en 2007, il en est autrement. On pensait autrefois que les populations de palombes étaient pléthoriques, on sait maintenant par les comptages ( la dernière migration nous le prouve ) que les effectifs ne sont pas à l’abri d’une quelconque baisse. D’après les comptages 2006, il manquerait 500 000 palombes au 1er janvier. Ne sont-elles pas passées, ou sont-elles passées après que les compteurs aient déserté leurs postes ?

Mystère !

On ne peut que déplorer les chasses de printemps qui persistent notamment dans l’Ardèche au col de l’Escrinet où les palombes sont réduites à de simples plateaux de ball-trap. Heureusement, ce n’est qu’une exception et la plupart des chasses de printemps ont disparu. Mais nous devons rester vigilants car les populations d’oiseaux sont fragiles et les migrateurs difficiles à gérer car leur aire de répartition s’étend sur plusieurs pays. Alors espérons que les palombes que nous avons laissées feront beaucoup de petits et continueront longtemps à passer sur nos palombières.

Philippe Ducos, rédacteur en chef

 
Il n'y a pas d'avis consommateur pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis