Palombe et Tradition > Palombe et Tradition - N°12 - AUTOMNE 2006

Palombe et Tradition - N°12 - AUTOMNE 2006
5.00 €
Ref : PT12
EN STOCK : Livraison en 48H
AJOUTER AU PANIER

SOMMAIRE

6 L’ÉCHO DES CABANES
12 INTERNET - Virtualisez votre mal bleu
14 PORTRAIT - « Pacha », une palombe pas comme les autres…
16 PALOMBE ET RUGBY - Casteljaloux : une ville, un club, deux passions
20 MIGRATION - Les secrets du grand voyage
24 Les arbres et la sécheresse
28 ELEVAGE - L’élevage du colombin
31 LES PRÉVISIONS DE PASSAGE 2006
35 INTERVIEW - M. Anchordoqui directeur du lycée agricole de Saint-Pée-sur-Nivelle
38 Quelques éléments de réflexion - L’orientation des oiseaux migrateurs
42 ESSAI - Le semi-automatique ORIO de F.LLI.PIETTA
46 Mon grand-père nous racontait…
48 SOCIÉTÉ - Trop de cabanes vandalisées
52 ITALIE - Volantino : Un mot magique
54 ITALIE - A.N.C.P. et ZEFIRO 2006
57 LES RECETTES DU PALOUMAYRE
60 Adjudication des cabanes et des cols de Larrau


EDITO :

Une fois n’est pas coutume, je laisse mon espace de parole à notre ami Pierre Garroté qui j’en suis sûr en fera bon usage. Quant à moi j’ai encore beaucoup de travail à la palombière pour être prêt pour cette nouvelle campagne 2006, alors à toi Pierrot.

BEAUTE AVIAIRE

Dites à un paloumayre aquitain que la palombe est un pigeon ( aussi ramier soit-il ) toute l’Aquitaine éclatera de rire : ses chasseurs en palombières, depuis des siècles, ne font pas l’amalgame. Le pigeon ( ramier ) est un oiseau du nord pris en grippe par les céréaliers dont il apprécie la productivité, classé nuisible à tort ou à raison et qu’on détruit comme un animal malfaisant tout en ne négligeant pas sa valeur marchande. Dans le Sud-Ouest, la palombe, nous commençons par la respecter, nous admirons sa beauté, nous l’aimons, nous la vénérons comme un symbole de liberté, de permanence sinon d’éternité : autant le pigeon prend plaisir à barioler son plumage autant celui de la palombe est toujours resté immuable. La palombe, nous ne la détruisons pas, nous la chassons : c’est-à-dire que nous luttons avec elle en lui laissant ses chances. Nous ne prélevons que les oiseaux qui ont une petite cervelle et qui n’ont pas su tirer les leçons des expériences précédentes.

La beauté à elle seule serait un critère suffisant pour différencier la palombe du pigeon : c’est une des qualités essentielles de la palombe qui réside dans son aspect, son comportement plein de mystères et son rôle essentiel dans la vie de l’homme.

> Son nom double est déjà étonnant. En Aquitaine, nous l’appelons « palombe » : sans avoir la musicalité de l’oiseau-lyre ni les coloris du paradisier, ce nom a la profondeur de l’azur, les reflets de la mer brodés d’écume blanche. Pourquoi l’homme du Nord l’a-t-il affublée d’un nom aussi méprisable que « pigeon ramier » ? Certes, c’est un colombidé mais qui pourrait confondre le pigeon domestique, prisonnier de ses barres noires sur les ailes avec cette boule bleue de duvet volant sertie d’un collier d’opale. Qui pourrait confondre le pigeon domestique esclave de l’homme avec l’oiseau sauvage aux antipodes de la soumission et de la domestication ? Pourquoi, en plus, mettre l’accent sur cette particularité négative de son comportement : son inaptitude à bâtir un beau nid, puisqu’il faut appeler par ce nom cet amas de brindilles entassées sans soin.

Un autre mystère vient de l’impossibilité de sexer l’oiseau à partir de signes extérieurs de son plumage. Mâle ou femelle ? L’homme a cherché le secret du sexage à partir de l’œuf, des ramereaux, de la grosseur du corps, des pattes, du bec, des plumes, …etc. En vain. Toute méthode s’est révélée faillible. C’est peut-être cette ignorance qui lui a donné un double genre : masculin et féminin. A l’origine, « columba palumbus » soulignait cette dualité : à quelques exceptions près, la terminaison « a » est la désinence du féminin, « us » celle du masculin. De quoi y perdre son latin.

La palombe, quoi qu’on dise, est belle dans son aspect extérieur : il n’est rien de plus beau qu’un œil de palombe qui croise une infime fraction de seconde le regard de l’homme ; il n’est rien de plus beau qu’une palombe qui, la dernière d’un vol, vire sur l’aile et le fait basculer vers le sol puis se pose, coquette, en ouvrant l’éventail des pennes de sa queue. Il n’est rien de plus beau qu’une palombe inquiète qui penche sa tête à l’affût du danger ou qui dandine son croupion en marchant sur le sol.

Mais l’essentiel de sa beauté vient de ce qu’elle révèle l’homme à lui-même et en même temps le met à nu aux yeux des autres. Oiseau sublime, elle est le miroir de l’humanité. « Miroir, mon beau miroir… ». Son œil inquisiteur vous fera distinguer l’homme généreux, avare, gentil, viandard, inventif, observateur…: elle est une clé du cœur et de l’esprit de l’homme.

Elle est oiseau-dîme qui nous raconte l’histoire de France depuis le temps de la féodalité. Alors qu’elle n’était que complément nutritif, gibier de subsistance, elle nous dit les rapports sociaux entre les manants, les bourgeois, le clergé et les seigneurs. Elle pouvait être objet de troc, paiement de locations, cadeau royal…

Elle est oiseau-cime : déesse -culte du piémont basco-béarnais, « l’ursoa » est le souvenir nostalgique d’un peuple qui avait en partie découvert le secret pour la faire descendre des sommets vers le bas des cols.

Elle est oiseau- mime : le paloumayre tire les ficelles des appelants, ces marionnettes vivantes dont le théâtre est la nature et incite les palombes libres à les imiter.

Elle est oiseau-frime : encore aujourd’hui, certains se plaisent à parader devant un stock de palombes mortes, étalées au sol. D’autres sont sûrs de savoir tout sur la palombe, certains de détenir la Vérité qui n’est en réalité que leur vérité. Dans toute une vie de chasse, le paloumayre à l’occasion de voir tout et le contraire de tout.

Elle est oiseau-rime : elle met en évidence les défauts de quelques chasseurs viandards, égoïstes, mesquins mais aussi toute la sensibilité, le talent, le génie, de la plupart des autres. Elle enrichit dans chaque paloumayre son côté artiste qui a rarement l’occasion de se développer ailleurs. Elle révèle même l’élite des artistes qui poursuivent la chasse de la palombe chez eux. Le chasseur-poète la transforme en objet d’art qu’il soit écrivain, rimailleur, peintre, chanteur, sculpteur, collectionneur ou… rêveur. Et quel est le paloumayre qui ne l’est pas ?

L’artiste forestier a le culte du poste et en sculpte les arbres comme ceux d’un jardin anglais.

L’artiste grimpeur met tout son talent à grimper comme un félin aux arbres de son poste en prenant grand soin de l’arbre mais aussi de ses outils comme l’ébéniste ou le luthier.

L’artiste du dressage consacre toute sa passion à sélectionner ses appelants, à dresser ses volants, ses semi-volants et ses paletiers, à peaufiner l’élevage gratifiant des palombes : il a toujours un grain de maïs au coin des lèvres et appelle les palombes par leur nom.

L’artiste de la chasse approfondit sans cesse les techniques de pose, toujours à la recherche du meilleur emplacement pour l’appelant en fonction de la lumière, du vent, de la feuille… de la lune… Il a toujours le réflexe, dans un geste plein de regret, de caresser les plumes hérissées ou déchirées par les plombs du destin.

L’artiste du bricolage invente de nouvelles mécaniques, crée de petits trucs qui sont toujours les meilleurs ( avant la saison de la chasse ). Passionné de la lime et de l’ajustage, à partir du même principe, il peut créer mille différences.

L’artiste de la cuisine ne vient pas à la palombière pour chasser ; il prend ses congés pour tenir la queue de la poêle et réchauffer la convivialité d’une équipe.

Enfin les artistes traditionnels éternisent la palombe dans une aquarelle, dans une sculpture, dans un poème, dans une pièce de musée, dans un site informatique.

Tous, ( chacun à sa manière, sûr de détenir la vérité de sa beauté ) jouent la palombe même lorsque palombière rime avec misère. Alors, plus que jamais, lorsque la rareté accentue la beauté, PEU rime avec JEU : jeux du ciel ou jeux du sol, jeu d’échecs ou jeu de scènes, jeu de rôles ou jeu de mots…


Dans sa passion démesurée, l’homme acquiert la beauté de son oiseau-fétiche: il finit par se faire palombe et…roucoule.

Pierre GARROTÉ


 
Il n'y a pas d'avis consommateur pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis